Je veux déménager.

Nous habitons le même logement depuis 12 ans et ça fait au moins 5 ans  que j’y pense. Même mon plus jeune en parle depuis 3 ans (même si l’idée de changer de quartier refroidit ses ardeurs) vu qu’il est plutôt sensible aux perturbations énergétiques et que, chez-nous, on dirait qu’il n’y a que ça.

Mais vu le prix des loyers, notre besoin familial de stabilité et les désagréments physiques et financiers reliés au déménagement proprement dit, nous avons décidé de rester encore une année.

On m’a dit que je devrais faire une demande à l’Univers pour un logement adéquat à nos besoins, de visualiser ce nouveau foyer potentiel… mais je suis paresseuse en plus d’avoir un peu de difficulté à demander de l’aide, fut-ce de l’Univers… et puis comment on fait pour visualiser un appart quand on est pas certaine si on veut 5 ou 6 pièces, si ce sera une maison, un logement au rez-de-chaussée ou au 2e étage? Je suis plutôt du genre à ne pas savoir ce que je veux tant que je ne l’ai pas sous le nez.

Alors je procrastinais. Jusqu’à cette semaine.

Non, je ne me suis pas mise à éplucher les quotidiens ni à parcourir les quartiers en éclaireur.

Cependant, j’ai l’habitude de faire un «ménage énergétique» juste avant de m’endormir: je nettoie ou flush les énergies inappropriées, je fais le point sur où je m’en vais, spirituellement parlant. Et parfois j’utilise les cartes projectives pour orienter mes pensées ou éventuellement mes rêves. Cette fois-ci, la carte me parlait d’habitation.

J’ai lu aussi cette semaine un essai de Eric Hamel qui parlait du temps que ça prend pour former une pensée claire et que quand on fait une demande (à l’Univers, aux anges… ou à soi-même!), il faut prendre le temps d’écouter la réponse qui se traduit dans un premier temps par des vibrations dans notre corps. Je me demandais comment concrétiser ma future demeure, étendue dans mon lit, quand une «présence» énergétique s’est faite sentir. Comme quelque chose qu’on voit du coin de l’oeil, une intuition et une sensation tout à la fois.

Vu que cela m’arrive assez fréquemment, je n’ai pas paniqué et j’ai essayé de découvrir ce qui causait ce phénomène en particulier: naturellement, c’était le futur logement!

Il s’est imposé à mon esprit 2 fois cette semaine, à chaque fois très bien éclairé par la lumière du jour. C’est d’ailleurs à peu près tout ce que ces deux «visions» avait en commun. À un moment donné, la deuxième vision s’est obscurcie, comme si le soleil s’était caché en même temps qu’une tonne de poussière et des zombies (?!) envahissaient l’appartement.

Et j’ai réalisé que ce que je pouvais visualiser clairement, même si je n’ai aucune idée de quoi aura l’air notre futur chez-nous, c’est qu’il doit être ensoleillé et exempt d’énergie perturbatrice.

Peu importe le nombre de pièces, la disposition des meubles, le quartier ou la ville, je peux maintenant «voir» notre prochaine demeure. Et l’avantage ultime, c’est que je peux re-décorer tous les soirs sans les inconvénients du déménagement!

Je sais bien que je devrai éventuellement faire des boîtes et m’éreintée à déplacer le frigo, mais pour l’instant ça me suffit!

Publicités