Cheminement


J’ai assisté ce dimanche à Montréal à un séminaire donné (en anglais) par Mike Dooley, interviewé dans le documentaire Le Secret et créateur des «Notes From The Universe».

Je ne connaissais pas du tout Mike Dooley, mais le matériel de sa tournée The Matrix (et sa façon de le livrer) est excellent. Une inspiration qu’un motivateur, Mike Dooley a les pieds sur terre et les yeux dans les étoiles, faisant de lui une sorte de «rêveur» lucide.

Cet homme publie quotidiennement une note de l’Univers (court message mélangeant sagesse et humour) par courriel à ses milliers d’abonnés, a écrit plusieurs livres, programmes audio et DVD sur les forces d’attraction de l’univers.

Voici quelques conseils de Mike Dooley (traduction libre de moi-même à partir d’extraits d’un article de son blog):

Photo de Mike Dooley

Mike Dooley

  • Suivez votre coeur. Soyez fidèle à vous-même et demandez-vous souvent ce que vous VOULEZ faire plutôt que ce que vous DEVEZ faire.
  • Faites face  à vos peurs. N’ayez pas peur d’aller dans des lieux où vous n’êtes jamais allé. Une fois le chemin amorcé, invariablement, comme sur commande, un obstacle  auparavant invisible émergera. C’est voulu. C’est la façon dont nous grandissons et devenons PLUS, attiré là par nos rêves pour faire face à nos défis. C’est  également à  dessein que votre rêve soit plus grand que vos peurs.
  • Ne rejetez pas le blâme ou la faute sur autrui. Accepter la responsabilité pour ce qu’est votre vie vous met sur la voie rapide pour retrouver votre pouvoir.
  • Aimer la personne que vous êtes déjà. En même temps que vous chercherez à comprendre vos faiblesses, cherchez à voir votre  force et votre  valeur. Voyez ce qui est déjà bon; gonflez votre confiance en vous. Vos supposées faiblesses seront ainsi mises en perspective mais surtout, votre histoire d’amour avec vous-même pourra  commencer et votre sensation que vous les méritez sera la e qui fera fleurir tous vos désirs.

À ce que je sache, ses livres ne sont pas traduits en français et j’entends souvent que le marché francophone, surtout quand on parle d’une niche comme la spiritualité (et sujets connexes), n’est pas assez grand pour que cela vaille la peine d’approfondir le sujet.

Je ne suis pas d’accord.

Pourquoi la sagesse de l’Univers ne serait disponible que dans la langue de  Shakespeare? Dieu  aurait-il vraiment un parti pris national  ou linguistique? Ou alors suis-je une exception: une des rares francophones qui s’intéressent à la conscience, la spiritualité et la science quantique qui vient flirter avec elles?

Seuls certains auteurs sont traduits en français et les sources d’origine francophones sur le Web ne courent pas les rues.

N’y a-t-il personne qui voudrait lire, en français, un court message inspirant à se dépasser et ce, sur une base régulière?

Il  me faut avouer que je ne connais pas grand’chose sur l’interprétation des rêves. J’ai pris un atelier de 3 heures avec Nicole Gatton (hygièniste du sommeil) il y plus  de 12 ans et j’ai lu Les rêves pour les nuls de Peirce Penney  (et contrairement à ce que j’avais d’abord imaginé, on ne  se sent pas totalement idiot à lire un livre de cette série: même si le sujet est expliqué simplement, ce n’est pas infantilisant).Là s’arrête l’étendue de mon savoir.

Par contre, j’ai retenu 2 choses importantes:

  • le rêveur est le mieux placé pour interpréter son rêve (s’il n’est pas en résistance avec le  message, bien sûr)
  • il existe une poignée de symboles universels qui peuvent être interprétés par tout le monde.

Je me souviens rarement de mes rêves, à moins qu’il ne s’agisse de cauchemars, auquel cas j’aimerais mieux ne pas m’en souvenir… C’est  peut-etrepourquoi je me suis peu intéressée à l’interprétation des rêves.

Parmi les symboles, je me souviens surtout de trois choses: un rêve de maison est lié à notre être intérieur, à notre spiritualité; un rêve de véhicule est lié  à notre vie physique;  un rêve de ménage est lié… au besoin de faire du ménage (dans sa vie, dans sa tête, dans  ses relations…)

Lorsque je rêve que  je suis dans une maison qui est la mienne mais que j’y découvre de nouvelles pièces jamais explorées, je me dis que  j’explore ma psyché, mes propres facettes cachées.

Lorsque je rêve que ma maison n’a pas de porte qui donne sur le monde extérieur, ou qu’on a retiré l’escalier me permettant de rendre cette porte vraiment utile, je me  dis que je devrais prendre action pour ne pas être coupée du monde.

Lorsque je rêve que ma voiture n’a plus de  frein ou , au contraire, qu’elle est bloquée en plein milieu  d’une autoroute à plusieurs niveaux, je me dis qu’il est temps de faire le point et de reprendre ma vie en main!

C’est peu de chose, en vérité. Mais c’est assez pour m’aider  à avancer dans ma vie;  et ce genre de rêve arrive (tiens, donc!) justement à des temps où  je ne sais plus trop où j’en suis, si je m’arrête à y réfléchir.

Tout ça pour dire qu’on n’a pas besoin d’être un expert pour pouvoir tirer profit de (certains de) nos rêves: un saut à la bibliothèque publique ou un investissement  minime en argent  et en temps auprès d’un professionnel du domaine peut nous faire faire un bon bout de chemin.

Et comme  dit Paulo Coelho dans le livre Sur le bord de la rivière Piedra je me suis assise et j’ai pleuré:

Les rêves donnent  du travail…

Je veux déménager.

Nous habitons le même logement depuis 12 ans et ça fait au moins 5 ans  que j’y pense. Même mon plus jeune en parle depuis 3 ans (même si l’idée de changer de quartier refroidit ses ardeurs) vu qu’il est plutôt sensible aux perturbations énergétiques et que, chez-nous, on dirait qu’il n’y a que ça.

Mais vu le prix des loyers, notre besoin familial de stabilité et les désagréments physiques et financiers reliés au déménagement proprement dit, nous avons décidé de rester encore une année.

On m’a dit que je devrais faire une demande à l’Univers pour un logement adéquat à nos besoins, de visualiser ce nouveau foyer potentiel… mais je suis paresseuse en plus d’avoir un peu de difficulté à demander de l’aide, fut-ce de l’Univers… et puis comment on fait pour visualiser un appart quand on est pas certaine si on veut 5 ou 6 pièces, si ce sera une maison, un logement au rez-de-chaussée ou au 2e étage? Je suis plutôt du genre à ne pas savoir ce que je veux tant que je ne l’ai pas sous le nez.

Alors je procrastinais. Jusqu’à cette semaine.

Non, je ne me suis pas mise à éplucher les quotidiens ni à parcourir les quartiers en éclaireur.

Cependant, j’ai l’habitude de faire un «ménage énergétique» juste avant de m’endormir: je nettoie ou flush les énergies inappropriées, je fais le point sur où je m’en vais, spirituellement parlant. Et parfois j’utilise les cartes projectives pour orienter mes pensées ou éventuellement mes rêves. Cette fois-ci, la carte me parlait d’habitation.

J’ai lu aussi cette semaine un essai de Eric Hamel qui parlait du temps que ça prend pour former une pensée claire et que quand on fait une demande (à l’Univers, aux anges… ou à soi-même!), il faut prendre le temps d’écouter la réponse qui se traduit dans un premier temps par des vibrations dans notre corps. Je me demandais comment concrétiser ma future demeure, étendue dans mon lit, quand une «présence» énergétique s’est faite sentir. Comme quelque chose qu’on voit du coin de l’oeil, une intuition et une sensation tout à la fois.

Vu que cela m’arrive assez fréquemment, je n’ai pas paniqué et j’ai essayé de découvrir ce qui causait ce phénomène en particulier: naturellement, c’était le futur logement!

Il s’est imposé à mon esprit 2 fois cette semaine, à chaque fois très bien éclairé par la lumière du jour. C’est d’ailleurs à peu près tout ce que ces deux «visions» avait en commun. À un moment donné, la deuxième vision s’est obscurcie, comme si le soleil s’était caché en même temps qu’une tonne de poussière et des zombies (?!) envahissaient l’appartement.

Et j’ai réalisé que ce que je pouvais visualiser clairement, même si je n’ai aucune idée de quoi aura l’air notre futur chez-nous, c’est qu’il doit être ensoleillé et exempt d’énergie perturbatrice.

Peu importe le nombre de pièces, la disposition des meubles, le quartier ou la ville, je peux maintenant «voir» notre prochaine demeure. Et l’avantage ultime, c’est que je peux re-décorer tous les soirs sans les inconvénients du déménagement!

Je sais bien que je devrai éventuellement faire des boîtes et m’éreintée à déplacer le frigo, mais pour l’instant ça me suffit!